2012_Nadine MORANO ou les paradoxes d’une députée

4) décembre 2003
débat sur la transformation du RMI en RMA.

Christine BOUTIN est rapporteure du texte ; mais – fait extrêmement rare – elle fait un certain nombre d’objections aux procédures prévues par le Gouvernement ( objections assorties de contre-propositions, dont quelques-unes seulement ont été votées, ce qui a permis de minimiser les effets négatifs du texte proposé ).

Nadine Morano est à l’avant-garde du combat pour rétablir la « bonne parole »

« Mme Nadine Morano. Nos collègues ne semblent pas avoir bien saisi l’esprit de ce texte. (Exclamations sur les bancs du groupe socialiste et du groupe des député-e-s communistes et républicains.)
    M. Maxime Gremetz. On n’est pas assez intelligents ! On ne comprend pas, c’est trop compliqué pour nous !
    Mme Nadine Morano. Notamment vous, monsieur Gremetz, malgré l’estime et l’amitié que je vous porte. Vous avez dit que les RMIstes seraient obligés de passer au RMA. Ce n’est pas du tout le cas. Personne ne sera obligé de rentrer dans ce dispositif. »

« Mme Martine Billard. Le texte de cet amendement a été proposé par le mouvement ATD Quart Monde, et je l’ai repris au nom des Verts, car il correspond à une réalité du terrain.
Il arrive en effet que certaines personnes, notamment des sans domicile fixe, aient des difficultés à exprimer ce qu’elles veulent. Aussi, le fait de leur permettre d’être assistées par une personne de leur choix peut contribuer à favoriser un meilleur dialogue avec la personne chargée d’élaborer le contrat d’insertion et, ainsi, à améliorer le contenu de ce contrat. C’est pourquoi il est très important d’accepter une telle disposition.
[ …]
Mme Nadine Morano. Le groupe UMP est, lui aussi, sensible aux arguments d’ATD Quart Monde. Nous avons reçu, écouté et entendu ses membres. Mais nous ne pouvons accepter l’amendement qui nous est proposé, qui prévoit que l’allocataire peut se faire assister de la personne de son choix. Nous appelons donc à voter contre. »

« Mme Nadine Morano. Vous nous parlez sans cesse du MEDEF, nous n’en parlons jamais ! Soyez convaincus que si le groupe UMP a accordé autant d’importance à ce texte, c’est parce que, pour l’ensemble de nos concitoyens, il était insupportable de rester comme vous le souhaitez dans le statu quo. Nous refusons de rigidifier le système. Nous voulons libérer les énergies et remettre ces personnes sur le chemin d’un véritable emploi. »

Mme Nadine Morano. Malgré l’estime que je vous porte, monsieur Gremetz, on ne peut qu’être excédé de vous entendre stigmatiser sans cesse les entreprises, qui, je vous le rappelle, créent des richesses.
    M. Maxime Gremetz. Arrêtez !
    Mme Nadine Morano. A leur tête, il y a des entrepreneurs qui prennent des risques, qui travaillent…
    M. Maxime Gremetz. Pas vous !
    Mme Nadine Morano. Si, moi ! J’ai travaillé pendant de nombreuses années en entreprise et je sais de quoi je parle !
    Mme Hélène Mignon. Il n’y a pas que vous !