2012_Nadine MORANO ou les paradoxes d’une députée

5) et pour terminer, un morceau de bravoure :
« Il faut remettre les Réunionnais au travail ! »

( toujours dans le débat sur le RMA)
Mme Huguette Bello. En tout cas, il est choquant que les pauvres n’aient plus à choisir qu’entre la souffrance de ne pas pouvoir travailler et l’humiliation de n’être embauchés que pour des contrats quasiment gratuits ! (Protestations sur les bancs du groupe de l’Union pour un mouvement populaire.)
    Mme Muguette Jacquaint. Elle a raison !
    M. Patrick Roy. Très bien ! Le travail doit être payé !
    Mme Nadine Morano. Le dispositif est justifié. Il faut remettre les Réunionnais au travail !
    Mme Huguette Bello. C’est moi qui suis élue à la Réunion, ce n’est pas vous ! (Protestations sur les bancs du groupe de l’Union pour un mouvement populaire.)
    La mise en place d’un nouveau dispositif doté de caractéristiques aussi régressives oblige à s’interroger sur la place qu’il occupera par rapport au dispositif existant. Est-il appelé, par exemple, à se substituer au contrat d’emploi-solidarité ou au contrat d’accès à l’emploi qui offre de meilleures garanties aux salariés ? Croyez-vous, monsieur le ministre, que l’application du RMA soit vraiment nécessaire à la Réunion…
    M. Jean-Pierre Gorges. Oui. Plus à la Réunion qu’ailleurs !
    Mme Nadine Morano. Oui. Au travail !
    Mme Huguette Bello. … où les lois d’orientation puis de programmes pour l’outre-mer ont déjà créé plusieurs dispositifs pour les allocataires du RMI ?
    M. Jean-Pierre Gorges. C’est un mauvais calcul, ça !
    Mme Huguette Bello. Incertitude sur le financement du transfert du RMI,…
    Mme Nadine Morano. Au travail !
    M. Alain Gest. Plus encore qu’ailleurs !
    Mme Huguette Bello. C’est moi qui suis élue à la Réunion, pas vous ! (Exclamations sur les bancs du groupe de l’Union pour un mouvement populaire.)
Incertitude sur le financement du transfert du RMI, et absence de réflexion sur l’articulation du RMA avec les dispositifs existants : les deux volets de votre réforme ne sont ni l’un ni l’autre applicables en l’état à la Réunion.
    M. Pascal Terrasse. L’UMP n’aime pas la Réunion. Elle n’aime pas les DOM-TOM ! (Protestations sur les bancs du groupe de l’Union pour un mouvement populaire.)
    Mme Huguette Bello. C’est pourquoi il est nécessaire, comme le demande la grande majorité des élus de notre département, de différer l’application de ce texte à la Réunion.
    Mme Nadine Morano. Plus qu’ailleurs, il faut travailler !
    Mme Huguette Bello. Réformer les moyens d’existence des plus modestes et des plus fragiles demande un peu plus de rigueur et d’attention. (Applaudissements sur les bancs du groupe socialiste et du groupe des député-e-s communistes et républicains.)
    M. Jean-Pierre Gorges. C’est le travail qui vous fait peur !
    M. Pascal Terrasse. Encore faut-il le payer, le travail !
    Mme Arlette Franco. C’est ce que nous faisons !
    M. Jean-Pierre Gorges. Vous avez un poil dans la main !
    Mme Huguette Bello. Dites tout de suite que les Français sont des paresseux !
    M. le président. Je vous en prie, mes chers collègues ! »