2015/ Le « temps de la loi » … et le « temps du débat » : réponse au président de l’Assemblée nationale

procédure accélérée et urgence.

Vous dites :
« Ainsi jamais nous n’avons eu autant recours à la procédure dite « accélérée » qui permet d’examiner une loi en urgence. »
Les chiffres que vous donnez * m’amènent à poser la question suivante : comment se fait-il que Jean-Marc Ayrault qui a mené la fronde des socialistes contre la réforme du Règlement en 2008/2009, [ http://karlcivis.blog.lemonde.fr/texte-fondateur/texte-fondateur/ ]
non seulement n’a pas remis en question ledit Règlement, mais a utilisé à l’excès les armes de l’exécutif visant à restreindre le temps des débats ?
Est-ce – en tout cas, c’est ce que l’on peut lire dans l’exposé des motifs de la récente modification du Règlement réforme du Règlement 2014_où sont les socialistes d’antan ? ]
– parce que un « relatif consensus » se serait « dégagé sur le bilan des réformes mises en œuvre précédemment » ?
Mais alors, la fronde des socialistes d’alors ne serait-elle qu’un effet de tribune pour attirer l’attention des medias ?
Ou bien, est-ce que l’épreuve du pouvoir amènerait nécessairement les uns et les autres à faire de l’efficacité le critère unique de l’action politique ?
C’est, en tout cas, ce que laisse entendre le Président Hollande dans sa conférence de presse, lorsque ( d’après le compte-rendu fait par lemonde.fr) » il a « souhaité que le Parlement aille « beaucoup plus vite » dans l’examen et le vote des lois, en vantant la rapidité de décision dans des entreprises ». [Non, M.HOLLANDE, aller vite n’est pas la solution pour l’Assemblée ]

Non, on ne peut pas mettre sur le même plan l’entreprise et la nation. Certes, les deux traitent – en partie – des mêmes problèmes. Mais pas au même niveau. Pas avec la même finalité.
L’Assemblée où siègent ceux que nous avons élus, où ils débattent, où ils votent la loi, elle est ce lieu, ce temps où une multitude d’individus devient une seule personne, ce lieu, ce temps où une multitude de territoires se font pays, nation.
En d’autres termes, l’objectif premier de l’Assemblée n’est-il pas … d’« assembler » ? [une Assemblée qui assemble ]

Une Assemblée qui assemble …. vérité de La Palice ! …
… et, pourtant – alors que le thème de la Journée du livre politique [ http://www2.assemblee-nationale.fr/14/evenements/2015/24eme-journee-du-livre-politique ]
était « Rassembler la France », je n’ai entendu aucun orateur faire référence à cette idée.
Bien au contraire, plusieurs – S.Rozés en particulier – ont affirmé qu’il revenait au Président de la République de faire cet « assemblage » que, plus communément on appelle ce « rassemblement ».

* « Jamais nous n’avons eu autant recours à la procédure dite « accélérée » qui permet d’examiner une loi en urgence : le Gouvernement y a recouru 27 fois entre 2002 et 2004, 59 fois entre 2007 et 2009 et 115 fois entre 2012 et 2014. » [ BARTOLONE ]