2003_service civique

un service civique obligatoire ou volontaire ? :
là est le vrai débat

Qu’il s’agisse du ministre …
L’idée d’un service civique obligatoire n’est pas neuve. De surcroît, c’est une fausse bonne idée. […] Il ne faut pas transformer en obligation un acte qui se veut d’abord un acte de générosité.
(Christian Jacob )

… ou du porte-parole de l’UDF dans le débat …
Ne soyons pas hypocrites, ne parlons pas de solidarité lorsqu’il s’agit de solidarité obligatoire et contraignante ! Oui, aidons à la libération de la générosité naturelle de la jeunesse. Non, ne le faisons pas par la contrainte et l’obligation.
(Claude Leteurtre )

… aucun argument n’est mis de côté pour contester le caractère obligatoire du service civique proposé par les socialistes …
Ce service civique pourrait très bien être assimilé à un travail forcé. Quelle est la différence entre un travail forcé et un travail obligatoire, un travail contraint ? Même pour un mois ou deux, il s’agirait d’un travail sous-rémunéré, effectué sous la contrainte.
( Jean-Michel Dubernard / reprenant une phrase de Claude Leteurtre)
… argument auquel le rapporteur préfère répondre par l’humour :
Nous n’avons pas proposé que le service civique se déroule à Cayenne. (Sourires.)

C’est Mme Claude Greff – porte-parole de l’UMP dans le débat – qui se montre la plus offensive sur ce point .
Mes chers collègues, nous ne pouvons adhérer à la proposition de loi du groupe socialiste qui veut que le service civique pour tous les jeunes soit obligatoire.

Votre proposition de loi envisage la citoyenneté comme une obligation : c’est une grave erreur. L’obligation que vous proposez ne correspond pas à l’esprit de notre République dont la devise comporte, je tiens à vous le rappeler, trois mots essentiels : liberté, égalité, fraternité.
Comment pouvez-vous encore croire, monsieur Vaillant, avec les responsabilités qui ont été les vôtres, que l’on puisse contraindre à agir des jeunes dont l’horizon d’opinion est aujourd’hui de plus en plus large avec Internet, la télévision, la mondialisation des idées ? Il faut leur permettre de vivre leur citoyenneté concrètement, avec fierté et honneur, et non pas par obligation
.

D’ailleurs elle a déposé, elle aussi , une proposition de loi – d’une tonalité très différente de ce qui est proposé par les socialistes.

Ma proposition de loi sur le temps citoyen fait confiance à la nature humaine. Elle est optimiste et pragmatique. […]
L’engagement citoyen que je propose est volontaire, librement consenti, donc non obligatoire, et répond à la demande des jeunes. Créer un temps citoyen, ce n’est pas nous obliger à vivre un temps citoyen, comme vous me l’avez fait remarquer. C’est simplement proposer un temps où l’on pourra s’engager à vivre sa citoyenneté car, monsieur Vaillant, la citoyenneté se vit, elle ne se proclame pas sous le joug de la contrainte.

Là encore, avec humour, le rapporteur affirme :
Il y a bien une différence entre le groupe socialiste et la majorité : nous, nous avons inscrit notre proposition de loi à l’ordre du jour. En revanche nous pouvons nous demander si celle de notre collègue ne serait pas qu’une proposition d’affichage, puisque je ne crois pas que le groupe UMP l’ait reprise.

Il n’empêche que la question n’apparait pas si claire que çà à tous les députés de gauche présents au débat.

On nous reproche de vouloir instaurer un service civique obligatoire qui ne serait qu’une demi-mesure, à l’inverse d’un service volontaire, qui serait une mesure pleine. J’avoue que j’ai du mal à comprendre. Nous proposons en effet un service obligatoire de deux mois, plus un service volontaire de six mois à un an. Plutôt qu’une demi-mesure, on pourrait presque parler d’une mesure et demie, avouez-le.
( Jean-Pierre Dufau )
Il y a un problème : si l’on se reporte au descriptif fait par le rapporteur (page 2 ), la deuxième période est bien obligatoire, les jeunes ayant le choix du secteur dans lequel ils effectueront leur stage.

François Liberti, porte-parole du groupe communiste, émet – lui aussi – des réserves :
Avec un service civique obligatoire, on court le risque de dévoyer le sens et le bénéfice de l’engagement de notre jeunesse. Ce serait, de mon point de vue, une erreur.

Il n’empêche, le rapporteur tient fermement le cap :
Le caractère obligatoire du service civique est, pour nous, le seul moyen permettant un brassage social, une confrontation d’idées au sein d’un même lieu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s