Débat sur les retraites 2003_AMBIANCES au jour le jour

j04 (vendredi 13 )
«  Les débats à l’Assemblée nationale ne sont jamais stériles .» (Debré )

 Les députés de droite commencent d’ailleurs à s’impatienter et à trouver que tout cela ressemble fort à de l’obstruction ou, en tout cas, que – si ce n’en est pas – cela lui ressemble fort :les débats ont … le goût (bon ou mauvais, à chacun de se faire une opinion !)  …  la forme (il n’est qu’à voir la multiplication des interruptions et des parenthèses dans le Compte Rendu intégral !)  … et la saveur ( insipide, diront les uns … mais, par moments – on est bien obligé de le concéder – ce n’est pas si inintéressant que çà !) … de l’obstruction.

« – Bernard Accoyer,rapporteur. Avec cet amendement qu’ils ont déposé 149 fois, les députés du groupe socialiste répètent à l’envi, en des termes strictement identiques, qu’il convient que le pouvoir d’achat de la retraite par répartition soit garanti. Or, tel est précisément l’objectif principal de la réforme que nous sommes en train d’examiner !
La manœuvre d’obstruction est grossière.
Alain Néri.Et c’est un spécialiste qui parle ! »
(allusion à certains débats de la législature – de débat sur les 35 heures, par exemple – au cours desquels Bernard  Accoyer  s’était révélé être un bon débatteur et/ ou obstructeur !)

Obstruction ou pas, la question fait débat …

… tant dans l’hémicycle …

«  – Jean-Yves Le Déaut.  Hier soir, Denis Jacquat  (porte-parole UMP dans le débat) a notamment indiqué, au nom de l’UMP, que les députés de l’opposition faisaient de l’obstruction.
– Plusieurs députés UMP.
Oui, c’est vrai !
Nicolas Forissier. Il a eu raison !
Jean-Yves Le Déaut.Comment pouvez-vous parler d’obstruction quand 150 députés s’efforcent de garantir le pouvoir d’achat des retraités, le système de retraite par répartition ? Il est évident qu’il n’y a pas obstruction !
Jean Leonetti. Mais si ! Même l’Humanité et Libération le disent !
– 
Jean-Pierre Grand. Vous alignez des mots, pas des solutions !
[ …]
– 
Jean-Michel Dubernard,président de la commission. Obstruction ou pas obstruction ? (Exclamations sur les bancs du groupe socialiste.) Manoeuvres de retardement ou pas ? On peut interpréter comme on veut le rythme du débat, mais nous nous sommes tranquilles, nous avons tout le temps devant nous !
(« Nous aussi ! » sur les bancs du groupe socialiste.)
Cela dit, je m’interroge. Ne pourrions-nous pas tous faire un effort pour élever le débat ? (Applaudissements sur les bancs de droite.),…
– 
Jean Leonetti. Pour eux, cela sera difficile !
– Jean-Michel Dubernardpour le rendre un peu plus constructif ? (Applaudissements UMP)
– Henri Emmanuelli.
Avec vous ce n’est pas possible !
– M. Jean Leonetti. Et vous, vous n’avez pas de projet ! […]

… que en dehors de l’hémicycle …

En parcourant les dépêches de l’AFP, on apprend tour à tour que « M. Accoyer (UMP) fustige l’«obstruction caricaturale et désolante» du PS , que P. Devedjian, secrétaire d’Etat auprès de N.Sarkozy, a qualifié la « bataille» livrée à l’Assemblée nationale par la gauche contre la réforme des retraites d’ «obstruction stérile».

Alain Bocquet ( président du groupe PC) monte au créneau pour dire tout le mal qu’il pense de ces prises de position :

« – Alain Bocquet. Ecoutez, chers collègues de la majorité, il faut savoir ce que l’on veut. Depuis le début, avec les ministres qui sont ici, au banc du Gouvernement – dont vous-même, monsieur Fillon -, nous discutons, nous dialoguons, nous échangeons des arguments, et nous le faisons, sérieusement. D’accord ? [ ..]
Avouez quand même que sur un dossier aussi sérieux, dont l’enjeu est aussi important pour l’avenir de la société
– Richard Mallié.
Et de la France !
Alain Bocquet.et de notre civilisation, des propos de ce type sont très désobligeants, et inacceptables.
Je voulais le faire remarquer à l’Assemblée nationale
.
[ ..]
– Le président ( Jean-Louis Debré ).. Monsieur Bocquet, les débats à l’Assemblée nationale ne sont jamais stériles. (Applaudissements sur les bancs du groupe socialiste.)
– M. Michel Delebarre. Voilà une parole de président ! »

 Vraiment ?

Quand on entend de tels dialogues de sourds …

quand l’on voit une quinzaine de députés défendre tour à tour le même amendement (ce qui permet au groupe socialiste de tenir toute la matinée sur un seul amendement ) …
quand on voit se succéder les rappels au Règlement ( 5 à la 1ère séance, 11 à la 2ème , 4 à la 3ème ), les suspensions de séance ( 1  à la 1ère séance,  2 à la 2ème ,  1 à la 3ème ), sans oublier la (traditionnelle !) demande de vérification de quorum (qui a écourté la dernière séance) …

… il faut avoir, comme l’on dit,  la « foi du charbonnier » pour risquer une phrase comme celle-là : ( c’est Jean-Louis Debré, président de l’Assemblée, qui parle )
«  Les débats à l’Assemblée nationale ne sont jamais stériles

( Pour éclairer le lecteur dans sa méditation sur ladite phrase, je rapporte ici les deux sens du mot « stériles » :
Premier sens  : « est stérile ce qui est exempt de tout  germe , de toute perturbation,  de  tout élément pathogène» !!!!
Deuxième sens : « est stérile ce  qui ne débouche sur rien, qui ne produit rien » !!!!
Après çà, il ne reste plus qu’à rechercher  ce qu’est « la foi du charbonnier » ( j’ai trouvé peu de choses là-dessus, mais il me semble me souvenir – que, justement, les charbonniers – profession dont je pense le plus grand bien –étaient des gens de peu de foi ! ) … et, en dernier ressort,  à se reporter à mon autre blog (références dans le premier commentaire) pour tenter d’approfondir le paradoxe. Vous y verrez que, selon moi, l’Assemblée ne fonctionne pas « malgré » les paradoxes, elle fonctionne « au » paradoxe ».)

RETOUR
Accueil_PAGES ]