majorité contre opposition : jeux de rôles ( débat sur les retraites/2003 )

 [JEU DE RÔLE 2] :  
pour contrer  l’obstruction, les députés de la majorité s’abstiennent d’intervenir dans le débat ;
les députés de l’opposition les accusent de refuser le débat et les traitent de « godillots », « muets du sérail » … et autres amabilités du même genre (« C’est une honte de les voir comme ça ! Ils n’ont rien à faire ! Ils s’ennuient ! »).

 14 juin
 Ce n’est pas de l’obstruction, c’est une demande de débat ! »).
 « – Député 1 de l’opposition  [président du groupe socialiste]. Je ne comprends pas les députés de la majorité qui n’interviennent jamais pour défendre le projet de loi. Ils regardent leur montre, pressés d’en finir, mais ne jouent pas leur rôle de parlementaires. [Vives protestations sur les bancs de la majorité.]  Car s’ils étaient vraiment convaincus par le projet du Gouvernement, ils monteraient à la tribune pour le défendre. [« C’est scandaleux ! »  sur les mêmes bancs.] […]
– Député 1 de la  majorité [président du groupe UMP].    J’ai moi-même, en tant que président de groupe – je ne m’en cache pas – demandé à mes collègues de ne pas intervenir dans le débat dans la mesure où, ce matin comme hier, il n’apporte pas vraiment un plus à la démocratie. [Applaudissements sur les bancs de la majorité. – Exclamations sur les bancs de l’opposition.]
– Député 2  de l’opposition. Ah bon ! […]
– Député 1 de la  majorité. Nous nous sommes exprimés au cours de la discussion générale. Nous recommencerons à le faire lorsqu’un dialogue normal reprendra entre l’opposition et la majorité.     […]
– Député 2  de l’opposition. Ils sont bâillonnés !
[…]
– Député 1 de l’opposition. Nous ne demandons pas que l’UMP garde le silence, comme l’y invite le président du groupe UMP, mais qu’on nous donne des arguments et des réponses. [Protestations sur les bancs de la majorité.]  
– Le président de la commission. Je ne réponds pas à la provocation !
– Député 2 de la  majorité. Cessez l’obstruction, et le débat se passera normalement.
– Député 1 de l’opposition. Ce n’est pas de l’obstruction, c’est une demande de débat ! [Applaudissements sur les bancs de l’opposition.] 

 24 juin
 Cela veut dire « cause toujours … «  »).
« – Un député de l’opposition. En restant muets, c’est vous qui refusez le débat.
– Le rapporteur. Mais j’ai déjà répondu !
– Le député de l’opposition. Qu’est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire « cause toujours … «  .   En adoptant cette attitude, c’est vous qui faites de l’obstruction et qui refusez le débat ! [Protestations sur les bancs de la majorité.]   Vous dites qu’il n’y a pas de débat. Mais on ne peut pas débattre avec des gens qui ne veulent pas débattre. Il faut traiter l’opposition autrement.
– Le président de la commission. Et vous, traitez la majorité autrement ! »