Le « talk about « (ou « chant des territoires ») : un classique des débats de l’Assemblée nationale

de l’insécurité

 

 [le député de la  5 ème circonscription  des Alpes-maritimes. ] :

    « N’entendez-vous pas tous ces parents qui se demandent chaque matin si, aujourd’hui, leur fils ou leur fille ne se fera pas agresser, racketter, voire violer dans les toilettes du collège ou du lycée, ou si on ne lui proposera pas de la drogue ?
    N’entendez-vous pas ces citoyens qui, tous les jours, se demandent si ce n’est pas ce soir que leur papa ou leur maman âgés va se faire agresser dans sa cage d’escalier et se retrouver avec le col du fémur cassé parce qu’on aura tenté de lui arracher son sac ? »


[le député de la  3 ème circonscription  d’Indre-et-Loire. ] :

    « Permettez au maire pragmatique d’ une jolie ville de 7 000 habitants, modeste  capitale d’un pays rural, de vous apporter son témoignage. […]
    Comment, [avec les moyens en force de police dont nous disposons], contrôler la délinquance le week-end et la nuit, éviter les cambriolages, les tags, les destructions de mobilier urbain et les feux de voitures ? Ce sont jeux d’enfants pour des bandes qui savent jouer à cache-cache avec les gendarmes et qui les voient venir de loin.    
    Quant aux gens du voyage ils posent un problème particulièrement aigu dans nos zones rurales. Nous avons créé une aire principale. Elle a déjà été démolie deux fois. »

 [la  députée de la 16 ème circonscription  de Paris . ] :

    « C’est mon expérience d’élue locale, de terrain, qui me fait encore une fois intervenir sur le calvaire que subissent malheureusement de plus en plus souvent nos concitoyens. Il est dû à des « associations ethniques »  , qui s’installent dans certaines de nos rues de Paris.   
   De quoi s’agit-il ?
   De nuisances sonores, d’agressions verbales et physiques, de menaces de représailles, d’une malpropreté grandissante, d’un stationnement anarchique et dangereux à proximité d’établissements plus que curieux qui cachent leur véritable identité.    Le seul but des  «  associations ethniques »  est de faire la fête toute la nuit. Et quelle fête ! »

[la députée de la  5 ème circonscription  de  Meurthe-et-Moselle. ] :

    « J’ai rencontré lundi soir dans le train un contrôleur de la SNCF du nom de Michel C. Il m’a montré une photo de son visage tuméfié à la suite d’une agression subie dans l’exercice de son métier. »


 [le député de la  2 ème circonscription  de la Guyane. ] :

    « En Guyane,  les communes frontalières, les plus fortement concernées, sont également soumises à toutes les formes de trafics : drogues, alcool, carburant, armes, argent et denrées de toute nature et même personnes humaines. […] 
    Ces pratiques délictueuses s’accompagnent malheureusement d’actes de délinquance et de violence.
[…] La population, terrorisée, se barricade et s’arme. […]  Les chefs d’entreprise, victimes d’actes de vandalisme répétés, sont désemparés et prêts à mettre un terme à leurs activités. »

[le député de … : « etc.» ….]