Le « talk about « (ou « chant des territoires ») : un classique des débats de l’Assemblée nationale

de la chasse ( des chasses)

 

 [la députée de la  6ème  circonscription  du Var. ] :

«  Pour la Provençale que je suis, il s’agit plus spécialement de la chasse aux grives qui, se pratiquant à l’agachon, au milieu de la garrigue, est intimement liée à nos us et coutumes et fait partie intégrante de notre art de vivre.

[…]

–  le député de la  3ème  circonscription de la Somme.   J’ai fait un rêve, madame la ministre. (Sourires sur tous les bancs.)
Celui-ci avait commencé comme un cauchemar, dans la brume. Était-ce au petit matin ou le soir, était-ce quand on déhutte ou à l’heure de la passée, était-ce en baie de Somme, en Brenne…
– le député de la  3ème  circonscription  de l’Indre. Merci pour la Brenne.
– le député de la  3ème  circonscription de la Somme.   … en Camargue ou en Médoc, je ne sais plus.

(Sur plusieurs bancs: « en Brière ! ») 
   
    Je voyais des hommes simples, le visage buriné, les mains calleuses, entourés de chiens autour d’un feu. Pour la millième fois, ils racontaient avec colère pour certains, avec tristesse pour d’autres, l’histoire de leur passion : la chasse – la chasse qui a fait l’homme, comme a dit notre collègue tout à l’heure
.

[…]

–  le député de la  8ème  circonscription  des Bouches-du-Rhône.  Je reviens quelques instants sur la chasse au poste. Il faut avoir connu les petits matins brumeux, chers à notre collègue picard.
–  plusieurs  députés. Que c’est beau !
[…]
–  le député de la  8ème  circonscription  des Bouches-du-Rhône.  Il faut avoir connu les petits matins brumeux, dans un bois
    – et non pas dans la garrigue, ma chère collègue [
des Bouches-du-Rhône], pour la chasse aux grives -,
    lorsque les appelants sont fixés au pied des arbres, lorsque la glu est prête pour la capture des grives vivantes, et lorsque l’aube point, pour parler véritablement de passion.

[…]
–  le député de la   16ème  circonscription  des Bouches-du-Rhône :

    En conclusion, je dirai  … qu’une France sans chasseurs, ce serait comme un ciel sans étoiles

[le député de … : « etc.» ….]