Ce qu’il y a « derrière » le vote

 chant 2 :
«  Il y a … une politique nouvelle … »

( du moins si la majorité est nouvelle – ce qui est une condition nécessaire mais non suffisante )

« -Un député de la majorité. Encore un peu et nous allons refaire les élections présidentielles et législatives !
-un autre député de la majorité. Quelle déculottée !
-le premier député de la majorité. Or, monsieur B., après l’élection présidentielle sont intervenues les élections législatives, au cours desquelles les candidats ont pris des engagements devant nos concitoyens. Je veux bien que les gens n’aient pas voulu de nous et que nous n’ayons été élus que par une sorte de génération spontanée, de désir de renouvellement. Surtout, il est une certitude : ils ne voulaient plus de vous !
-un député de l’opposition. Nous sommes là !  […]
-le premier député de la majorité. Je ne sais donc pas si les électeurs ne voulaient pas de nous non plus, mais puisqu’ils ne voulaient surtout plus de vous, je suis persuadé qu’ils ne comprendraient pas que nous menions une politique identique à celle qui vous a conduits là où vous êtes aujourd’hui, c’est-à-dire dans l’opposition. De grâce, ne refaisons donc pas les élections !»

Si le Tiers a choisi une « nouvelle majorité » – la majorité sortie des urnes est , par définition, nouvelle, même s’il n’y a pas d’alternance entre la droite et la gauche car de nouveaux députés vont représenter cette majorité et cela va modifier les rapports de force au sein de cette majorité –  c’est – nécessairement – pour faire une « nouvelle politique » : « Il y a aujourd’hui un nouveau gouvernement et une nouvelle majorité, qui sont là pour faire une nouvelle politique. ».

L’opposition aura beau contester – voire  faire de l’obstruction – elle ne pourra pas, pour autant, empêcher la nouvelle majorité de se démarquer de la précédente  …

« Lorsqu’une nouvelle majorité arrive au pouvoir, elle a besoin de se démarquer de ses prédécesseurs. » [ Un député de l’opposition.]

« – Un premier député de la majorité.Mais c’est ce que nous ont demandé les électeurs !
– le deuxième député de la majorité. Ce n’est pas un besoin, c’est une nécessité !
– un troisième député de la majorité.Une obligation ! »

… et de faire la politique pour laquelle elle a été élue.

« -Un député de l’opposition.  Pourquoi s’étonner qu’une majorité de droite applique un programme de droite …
– un député de la majorité. Sur lequel elle a été élue !
– un député de l’opposition. … avec des méthodes de droite ? »

Parce que les électeurs ont voulu porter un « autre regard »  sur « la société qui est la nôtre et sur ses priorités », parce qu’ils veulent que « d’autres actions » soient conduites, « l’heure est venue » de « changer d’approche »
« A l’orée d’une législature comme celle-là », il faut un « regard neuf », un « souffle nouveau »

« Vous donnerez à notre pays de nouveaux outils de développement, en même temps qu’un nouveau souffle, le souffle de la liberté de choisir sa vie et d’entreprendre, le souffle d’une nouvelle égalité des chances ouverte à tous, le souffle de la croissance pour que notre pays s’engage résolument sur le chemin de la réussite. »