Ce qu’il y a « derrière » le vote

chant 3 :
« Il y a un « mandat » …

(mais malheur à qui penserait « mandat impératif » !)

Par son vote – « majoritaire » – l’électeur a donné à la « majorité » le droit de parler et d’agir  « au nom de »  la « totalité » … le droit de dire …
…  « les électeurs » ( « Mais c’est ce que nous ont demandé les électeurs ! » / « Pour nous, les électeurs ont par définition raison Ils se sont exprimés et ils veulent que d’autres actions soient conduites. »)
…. « les Français »  ( « Les Français souhaitent … » / « Les Français attendent … » / « Les Français  appellent de leurs vœux … »
…. « le peuple français » ( « Le peuple français, dans sa très grande majorité,  adhère à ce projet de loi , et c’est l’essentiel. »

Par son vote – « majoritaire » – l’électeur a donné à la « majorité » un « mandat » ( « Les Français nous ont mandatés pour ça ! » )

« Si nous ne voulons pas trahir notre mandat de représentants de la nation … » [ Un député de la nouvelle majorité.]

« Pour la majorité, le vote de ce projet de budget est important, car il exprime la volonté de maintenir le cap d’une action cohérente dans le moyen terme. Ce cap et ces choix, nous les avons présentés aux Français qui nous ont donné mandat, en 2002, de les traduire en actes. » [ Un autre député de la nouvelle majorité.]

Le « mandat» … c’est  à la fois … le « mandat »  de faire ce que « souhaitent »,  « demandent », « exigent » les électeurs …

…et … le  « mandat » d’appliquer le « programme » soumis aux électeurs.
« Il est temps de remettre la France sur le chemin du développement, de la croissance et de concrétiser les engagements pris par le Président de la République. »)

Par son vote  « majoritaire », l’électeur a permis que les deux « mandats » … coïncident
« Confiants en votre écoute ainsi qu’en votre action présente et future, avec mes collègues de l’UMP, je voterai avec conviction et enthousiasme le dispositif que vous nous soumettez, persuadé de respecter ainsi les engagements du Président de la République, nos propres engagements, et de répondre aux vrais besoins des jeunes. /Applaudissements à droite.) »

Il y a en quelque sorte – au moins en début de « mandature » ( « C’est un discours de début de législature ! A la fin, on est à poil ! » ) –  « symbiose » entre la « majorité », le « mandat » et l’électeur. ( « Nous avons le peuple avec nous ! » / « Nous roulons pour les Français. »)

« – Un député de l’opposition.  Si une majorité qui vient d’être élue, qui est encore en symbiose avec son mandat politique…
– un député de la nouvelle majorité. Qu’est-ce que ça veut dire « encore«  ?
– le député de l’opposition. Qu’il est encore bien vivant et bien présent dans les oreilles !
– le député de la nouvelle majorité. Pour nous, le mandat dure cinq ans. »

«  – En juin dernier, nous, la majorité présidentielle, avons reçu un mandat commun, impératif, celui de transformer profondément un ensemble de lois. » [ Un député de la nouvelle majorité.]

« Un mandat impératif » ?… vous avez dit  « impératif » ? … « La Constitution dispose qu’aucun mandat n’est … impératif », s’exclame un député de l’opposition. Lequel ajoute : « Nous sommes, chacune et chacun, libre de notre vote. »

«  Tout à l’heure, nous avons entendu Monsieur G. qui est un excellent député car il défend toujours ses électeurs : les archiduchesses et autres privilégiés du XVIe [Rires]. Ce n’est d’ailleurs pas très conforme à la tradition française : chez nous, les élus de la nation n’ont pas de mandat impératif. Il n’est donc pas obligé de dire ici ce que ses électeurs attendent de lui. » [ Un député de l’opposition.])

… en d’autres termes … les électeurs n’ont pas répondu à un « référendum »  …

« – Un député de la nouvelle majorité. Les salariés vous ont répondu !
– une députée de l’opposition. Ils n’ont pas répondu à un référendum sur les 35 heures. Ils ont élu un Président de la République et des députés. Ce n’est pas la même chose ! »)

… ils n’ont pas donné un « blanc-seing » (« Monsieur le ministre, cessez de faire dire aux Français ce qu’ils n’ont jamais dit. ils ne vous ont pas donné un blanc-seing. » ) … une élection  n’est pas un « contrat » devant notaire !

« Tenir les engagements » … oui …

… mais … « Quelle est la vocation du Parlement ? Quel est le rôle des députés que nous sommes ? Est-ce de faire la loi qu’attend le plus grand nombre ou de faire la loi qui sera utile au plus grand nombre ? »