Ce qu’il y a « derrière » le vote

chant 4 :
« Il y a … des « promesses » …

( mais pourquoi l’élu se sent-il « tenu » de « tenir » ses promesses ?)

Il n’empêche que le député de la «nouvelle majorité»  se sent contraint, obligé,  de se référer à ses « promesses », à son « programme » ( qui est celui du  ou des  parti-s  « majoritaire-s»), à ses engagements ( qui sont ceux du « Président )» …

Pourquoi le député est-il « tenu de tenir » ses  « promesses » ? …

M. La Palisse dirait : « parce qu’il s’est « engagé » …  et qu’il n’y aurait pas d’« engagement »?… si celui qui s’est « engagé » n’était pas  « tenu de tenir »  ses « engagements »? …

Les députés de la majorité … avec la « fierté » du chevalier servant …

« Il est tout à l’honneur des élus de tenir leurs promesses. » / « Le seul fait de venir devant le Gouvernement avec la représentation nationale tout en sachant que l’on peut regarder droit dans les yeux ses électeurs en se disant que l’on a totalement réussi à tenir les engagements pris, est une immense satisfaction. »

… brandissent  le drapeau de la « démocratie » …

« – Un député de l’opposition. Aujourd’hui, pour redonner enfin du sens à la démocratie et à la politique
– un député de la nouvelle majorité. .il faut tenir nos engagements ! »

… « Tenir nos engagements » … c’est « la seule arme anti-extrémisme » …
«  Pour ma part, je pense que la seule arme anti-extrémisme est l’affirmation par les républicains de tous bords – et nous le sommes tous – d’idées et d’engagements précis, puis, lorsque ceux-ci ont obtenu la confiance de nos concitoyens, le fait de nous y tenir, de leur donner corps, de les mettre en application et d’en assurer la bonne fin. »

… le seul moyen de « réhabiliter » l’action politique …
« Monsieur le ministre, votre action – c’est de sécurité et de justice qu’il est question – réhabilite le principe essentiel de l’action politique, qui est de susciter et justifier la confiance, de tenir les engagements pris envers le peuple et de conduire la politique sur laquelle nous nous sommes engagés et avons été élus. »

… « Tenir nos engagements » … tout simplement …  « c’est cela  la démocratie ! » …
« – Un député de la nouvelle majorité. Il s’agit d’un engagement qui a été pris clairement par le Président de la République dans le cadre de la campagne présidentielle, puis repris dans le cadre des élections législatives. Et les Français ont clairement tranché ! (Applaudissements à droite.) Nous mettons aussitôt en application cet engagement : c’est cela la démocratie, chers collègues.
– un député de l’opposition. Dites plutôt que c’est de la démagogie ! » 

Quant aux députés de l’opposition …
…. si certains font rimer  « démocratie »  et  « démagogie » …
Un député de la majorité : « C’est cela la démocratie, chers collègues. / un député de l’opposition : « Dites plutôt que c’est de la démagogie ! »
… d’autres font preuve de réalisme …
Un député de l’opposition : « Pourquoi s’étonner qu’une majorité de droite applique un programme de droite... / un député de la nouvelle majorité. : Sur lequel elle a été élue ! »

Si donc les députés ne cessent de se référer à leurs « engagements », n’est-ce pas plutôt –  aussi – parce que …

… députés de la majorité …
« Pourquoi voudriez-vous que nous commettions, à propos du temps à prendre, la même erreur que vous ? (Applaudissements à droite.) Croyez-vous une minute que les Français seraient plus indulgents avec nous qu’ils ne l’ont été avec vous ? Les Français auraient alors le même jugement à notre égard ! Si nous perdions du temps, si nous ne faisions rien, si nous restions immobiles, nous subirions la même sanction que vous : nous serions battus ! »)

… comme députés de l’opposition …
« Cette réforme est souhaitable, mais suicidaire. Celui qui le fait sera battu. Qui osera se lancer ? »

… d’avoir le regard tourné  vers les élections à venir ( « Le compte à rebours est commencé ! »).

« – Un député de l’opposition. Le ministre tente de discréditer l’action de son prédécesseur.
– un député de la nouvelle majorité. Ce n’était pas vraiment nécessaire, les électeurs ont apprécié !
– le député de l’opposition. Nous aurons d’autres rendez-vous, ne vous inquiétez pas. »

« – Un député de la nouvelle majorité.- 2007 n’est pas loin !
– un député de l’opposition. On n’y est pas encore !
– le député de la nouvelle majorité. On y arrive très vite ! »

S’il arrive aux « vainqueurs » de jouer les « fanfarons » …

« – Un député de la nouvelle majorité. Les campagnes électorales sont terminées, chers collègues de gauche, vous les avez perdues. Essayons désormais de redevenir pragmatiques et réalistes sur ce dossier !
– une députée de l’opposition. Ne soyez pas si fanfaron ! »

… mieux vaut rester prudent dans le pronostic (  « Attendez les prochaines élections ! » / « Attendons la fin de la foire ! » ) … car, en fin de « mandature », la majorité sera « jugée » … à « son tour » ! ( « Attention, les électeurs risquent de vous réformer ! » / « Il va falloir vous accrocher solidement à vos fauteuils » » / « C’est vous qui serez remis en place ! » )

« Les électeurs, on les connaît bien les uns et les autres. Il y a d’autres fois où ils vous ont remerciés aussi. Alors, ne soyez pas si sûrs de vous. Vous savez, les gens regardent d’abord le travail que vous faites. Il regardent d’abord votre honnêteté. »

« Vous avez pris vos responsabilités, nous avions pris les nôtres. /  C’est le peuple qui a pris les siennes ! / Ce sont les électeurs qui décident ! / Alors là, restez modestes ! / Et vice versa ! »

« Les électeurs, on les connaît bien les uns et les autres. »