Ce qu’il y a « derrière » le vote

 chant 5 :
« Il y a … des « intermittents » …

(qui ne sont pas ceux auxquels on pourrait penser … les électeurs qui votent de temps en temps … les députés qui se contentent de faire de brèves apparitions dans l’hémicycle …)

Le député est élu  « pour un temps » … le temps d’une « législature » ( c’est la douzième législature de la Vème République qui fournit la matière de ce blog ).

« Vous savez, monsieur M., une majorité ça va, ça vient ! »…

«  Soyez prudent, monsieur G., un retour de flamme est vite arrivé ! »

Et, d’une législature à l’autre, quand ce ne sont pas les hommes qui changent, ce sont les «rôles»

«  – Un député de l’opposition (ancien ministre à la collègue de la nouvelle majorité qui l’a remplacé). Je vous aimais bien quand vous étiez dans l’ opposition, mais je ne vous aime plus dans la majorité…
– un député de la nouvelle majorité. Eh oui, il y a eu des élections ! »

« C’est là un débat passionné que nous allons poursuivre ; cela fait cinq ans que nous l’avons engagé. J’eusse préféré [ c’est un député de l’opposition qui parle ] que nos places fussent inversées ; mais ainsi va la démocratie.  [Sourires.] »)

Parfois même le regret de ne plus être dans la majorité amène tel député de l’opposition à commettre un lapsus :

«   -Un député de l’opposition. Vous avez une très lourde responsabilité devant le pays, chers collègues de l’opposition [Rires et exclamations à droite.], ne la prenez pas à la légère !
– un député de la nouvelle majorité. Nous sommes maintenant la majorité !
– un député de la nouvelle majorité.  L’opposition oublie le jugement du peuple ! »

D’ailleurs, le grand jeu consiste – et c’est là l’une de ces interminables parties de yoyo qui ( c’est selon !) égaient ou perturbent le déroulement des débats – à donner des leçons ( aux autres !) :

«  -Un député de la nouvelle majorité. Au-delà des quolibets que l’on peut entendre ici à gauche, il est indispensable d’avoir une vraie réflexion sur les priorités.  Quand on est dans l’opposition, il est vrai que c’est simple, mais quand on est dans la majorité, c’est plus compliqué. Vous le savez bien d’ailleurs, pour l’avoir vécu...
– un député de l’opposition. Nous avons donné des moyens, c’est la différence !
– le député de l’opposition. et pour l’avoir même vécu douloureusement !  (Exclamations à gauche.) »

«Je voudrais très objectivement [ c’est un député de  la nouvelle majorité qui parle ] vous donner deux sujets de méditation pour les cinq ans à venir. (Rires à droite.) Comme nous en sortons, je parle d’expérience ! (Sourires.) »

« Vous êtes au début de votre temps d’opposition Croyez-moi, vous avez le temps de réfléchir. » [ Un député de la nouvelle majorité. ]

«  – Un député de l’opposition. On est toujours plus intelligent dans l’opposition que dans la majorité.
– un député de la nouvelle majorité. Ce n’est pas encore le cas. La cure d’opposition n’a pas été assez longue ! »


« Une majorité ça va, ça vient ! »…

…  tel qui – hier –  était sûr de plaire, aujourd’hui  n’est plus en grâce …
« Je veux rendre au passage hommage au grand talent et au courage de Mme A. / Les électeurs n’en ont pas fait autant ! …

… tel qui –  à l’inverse – avait été « interdit de tribune » y revient …
« C’est pour moi un vrai plaisir de me retrouver à cette tribune, que j’ai largement pratiquée à une époque, puis que les électeurs m’ont interdite pendant cinq ans. Je les remercie d’avoir fait le bon choix cette année. »

En début de session, il y aurait presque de quoi s’y perdre …

«  – Un député de l’opposition. Vous disiez alors … je cite les propos retranscrits au Journal officiel.
– un premier député de la nouvelle majorité.  Pas  les miens : je n’étais pas là !
– un deuxième député de la nouvelle majorité. Moi non plus !
– le député de l’opposition. Vous n’étiez pas là, mais d’autres étaient à votre place, à ceci près qu’ils étaient alors dans la minorité et non dans la majorité.
le premier député la nouvelle majorité. Que voulez-vous, je suis un intermittent ! (Sourires.). Je n’étais pas là, je le regrette, monsieur D. Il faut vous en prendre aux électeurs qui avaient fait un mauvais choix . » »

… une année bonne et l’autre non …

…  selon que les électeurs ont fait le « bon choix »   ou  le « mauvais choix » : tels sont les « aléas » du suffrage universel
« Monsieur le ministre,  vous ne siégiez pas sur ces bancs l’année dernière. Je n’irai pas jusqu’à dire que nous sommes franchement ravis de vous y voir cette année – c’est un député de l’opposition qui parle – , malgré toute la considération que l’on peut avoir pour vous, mais enfin, ce sont les aléas du suffrage universel. [ Sourires.] »)

…et  le député … « ballotté » au gré … des « vagues électorales » …

« Certains de nos collègues sont prompts à s’enflammer. Nous avons entendu un de ceux-là tout à l’heure, monsieur G., qui revient dans l’hémicycle au gré des vagues provoquées par le suffrage universel. »

« – Un député de l’opposition. Ils sont nombreux, en particulier ceux de nos collègues arrivés récemment dans cet hémicycle et qui croient y avoir été portés par leur talent alors qu’ils n’y ont été déposés que par la vague bleue. (Protestations sur les rangs de la nouvelle majorité.)
– un premier député de la nouvelle majorité. Donc par les Français !
– un deuxième député de la nouvelle majorité. Quel mépris !
– le président de la commission. Tandis que monsieur B. est maintenu par la vague rouge !
– le rapporteur de la commisison. Vous êtes en survie artificielle, mon cher !
– le député de l’opposition. Attendez la prochaine fois !
– un autre député de l’opposition de gauche. Vous verrez quand la mer se retirera ! »

…député « incertain » …

« Nous serons appelés, en fonction du vote des Françaises et des Français, à être un jour dans l’opposition, le lendemain dans la majorité. »

… député « éphémère » …

« – Un premier député de la nouvelle majorité. La France dispose de tous les atouts qui lui permettent d’avoir confiance en l’avenir :…
– un deuxième député de la nouvelle majorité. Et sa majorité ! (Sourires.)
– un député de l’opposition. Elle est éphémère ! »

… député « précaire » …

« [ Il faut considérer ] que chacun sert, à sa place, la République : ceux qui gouvernent aujourd’hui et qui connaissent – je suppose – la précarité de l’exercice ; ceux qui s’opposent et qui savent aussi qu’ils auront un jour à répondre de leurs promesses et à subir, à leur tour, la critique. » [ Un député de l’opposition.]

… député «intermittent » …

« Craignez que, demain, vous ne soyez des intermittents ! »

…  ne sait pas si demain  le « sort des urnes » lui sera « favorable »  ou si « la mer se retirera ».

Il est – par nature – député d’« un moment » …

« Nous, députés, sommes le fruit d’un moment donné de l’expression populaire. »

… « Ainsi va la démocratie » …

« un jour dans l’opposition » …

… «  le lendemain dans la majorité »  …

… « Vous savez, monsieur M., une majorité , ça va … ça vient ! » …

… « grandeur » ( « Nous autres qui avons été au feu des élections  » ) ... et  « servitude » ( « Un élu ne peut pas avoir peur du suffrage universel : s’il s’engage devant ses concitoyens, c’est qu’il en accepte à l’avance le verdict. » / « Nous sommes tous ici des élus de la République. Les choix que nous formulons nous livrent forcément à la critique. » ) … du député …