Cumul des mandats et intérêt général (contr’exemples)

exemple 4
environnement

Les « bêtes noires » des députés-élus locaux-aménageurs :
( des histoires de scarabée pique-brune et de crapauds accoucheurs )

 – Un député de la Sarthe. Cela fait un an maintenant qu’a été signée la convention de concession de l’A 28 Nord entre Rouen et Alençon, dont vous avez parlé tout à l’heure. Cette opération s’exécute sans retard pour le moment et l’ouverture est prévue pour le 1er décembre 2005.
Il devient donc particulièrement urgent de régler le sort de l’A 28 Sud entre Le Mans et Tours, dont la construction est invraisemblablement retardée par le scarabée pique-prune.
( » Ah ! sur l’ensemble des bancs.)
Pouvez-vous nous indiquer si cette opération au sud du Mans va enfin reprendre, si toutes les précautions et protections qui ont été prises en faveur de cette chère, très chère bestiole (Sourires) permettent de lever les derniers obstacles et s’il sera mis un terme au scandale qui consiste à retarder la construction d’une autoroute pour protéger un insecte qui n’est même pas menacé, alors qu’il meurt en moyenne une personne par mois entre Le Mans et Tours ? (Applaudissements )
– Le ministre. Monsieur le député, j’ai moi-même eu affaire aux crapauds accoucheurs ! (Sourires.) Dans la ville dont je fus maire, la construction d’un parc de 22 hectares en plein centre-ville a été retardée de plusieurs mois – c’était moins dramatique que dans votre cas – du fait de la présence d’une famille de crapauds accoucheurs. Il a fallu attendre le transfert, de façon très délicate, de cette compagnie de quelques centaines de mètres avant de pouvoir poursuivre les travaux. […]
Je respecte, bien entendu, tous ceux qui veulent protéger cet insecte…
– Un autre député. Protéger les humains, ce n’est pas mal non plus !
– Le ministre. … mais, comme vous l’avez très bien dit, cela empêche de construire une autoroute, alors qu’on sait, et vous l’avez vous-même rappelé, qu’on y compte – et c’est tout l’intérêt du système autoroutier – quatre fois et demie moins d’accidents corporels et de morts que sur une route départementale ou nationale.