01_le rural, une « force tranquille » ?

la situation de l’agriculture française en 1981

(Source :  » Rapport de la Commission du bilan « )

Quelques chiffres,d’abord :
l’agriculture occupe 8 p.100 de la population active . Si l’on prend en compte les chefs d’exploitation, les conjoints, les aides familiaux et les salariés, cela représente 7 à 8 millions d’habitants, soit environ 15 p.100 de la population française.
L’ensemble de la filière agricole et agro-alimentaire représente 22 p.100 de la population active.
Mais les agriculteurs ne sont plus majoritaires en milieu rural : un rural sur trois seulement est agriculteur. Il faut dire qu’une exploitation sur trois a disparu depuis la loi d’orientation de 1960.
Les points forts :
la capacité d’adaptation des exploitations familiales;
le haut niveau d’organisation de la profession agricole;
les mécanismes de financement et de garantie des prix qui ont été accordés aux agriculteurs dans le cadre national, puis dans le cadre européen;
l’ouverture des marchés sur les 260 millions de consommateurs de la CEE. « Cette ouverture s’est traduite en une contribution substantielle , supérieure de nos jours à vingt milliards de francs, à l’équilibre des comptes extérieurs de la France » ( L’excédent de la balance commerciale agricole revindra comme un leitmotiv et servira à justifier les aides à l’agriculture productiviste).
Les problèmes :
la baisse des revenus bruts d’exploitation, qui a été constante depuis huit ans;
l’endettement des agriculteurs ;
l’inégalité des revenus ;
« les difficultés d’adaptation des règles du marché commun agricole »;
l’absence de moyens suffisamment fins de connaissance de l’agriculture française .
Il y a bien eu la loi d’orientation de 1980 – loi dont le président sortant, V.Giscard d’Estaing, est très fier. Mais les rapporteurs voient en elle « surtout un catalogue de bonnes intentions » et dressent, a contrario, un inventaire des grandes questions du moment :
« [Cette lo]i n’a abordé
ni les problèmes de la fiscalité et de la couverture sociale,
ni ceux de l’aide aux revenus et de la pluriactivité ,
ni ceux de a nécessaire liaison entre recherche, développement et enseignement.
Elle ne s’est pas préoccupée de l’adaptation de notre agriculture à l’élargissement de l’Europe au Sud Méditerranéen » .
Et encore, il n’est question jusqu’ici que des problèmes spécifiquement agricoles – il y aurait tant à dire sur les problèmes globaux d’aménagement du territoire rural.
C’est dire si la majorité nouvellement élue va avoir du pain sur la planche.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s