00_ la « furtive embellie » ? (résumé)

09_l’Europe, encore l’Europe , toujours l’Europe …

Marché commun et/ou libre concurrence ? :
un désaccord de fond entre Ps et PCF

Si l’on excepte le PCF, il y a aussi accord pour dire que la solution passe nécessairement par l’Europe :
« Dans  ces conditions,  il n’est pas  de  stratégie possible sans une politique agricole de dimension européenne.  »  (A.MAYOUD /UDF)

Le PCF, quant à lui, conteste  cette notion  de  « solvabilité des marchés » :
« Il y a, affirme André Soury, d’un côté, des excédents coûteux à écouler. De l’autre  côté,  c’est l’explosion des besoins.  »
A ses yeux, les socialistes « ont adopté  finalement  les thèses  américaines,  qui se traduisent aujourd’hui à Bruxelles« .
Ils ne peuvent donc pas rejeter toute  la  responsabilité  des  difficultés  que connaît  l’agriculture sur le contexte international :
« Il  est vrai  que  la libre concurrence est devenue un de ses crédos majeurs. »

l’accroissement de la contribution des États au financement de la CEE

Depuis deux ans,  la Communauté ne parvient pas à boucler le budget. Aussi, ces deux dernières années, comme le prévoit le traité de Rome, a-t-elle mis à « contribution » les États membres, qui ont du verser des « avances non remboursables ».
« Cette situation ne pouvait pas durer« , explique le rapporteur, Michel Bérégovoy.
Pour  mettre  fin  à  une  telle  situation,  le  Conseil de Fontainebleau a décidé d’augmenter le plafond de  TVA entrant  dans le budget de la CEE.

Seul le PS votera ce projet de loi.

l’élargissement de la CEE
ou « la réalité des faits prévisibles »

« Curieux débat« , dira Claude Estier (PS).
« Tout  le  monde  étant  d’accord pour l’adhésion  espagnole et  portugaise, seul le groupe socialiste va  tout à l’heure  émettre  un  vote  favorable  à  la  ratification du traité.
[…]
Le parti  communiste votera contre.  Ce n’est pas une surprise. »
Encore fait-il  remarquer  aux  communistes,  que  » s’ils  se  sont toujours affirmés hostiles au Marché commun,  ils n’ont jamais demandé que la France s’en retire.
[…]
Plus   étonnant  est   la  position  de  deux   groupes  de l’opposition,  qui  se  flattaient,  depuis longtemps pour  l’UDF et depuis une période plus  récente  pour  le  RPR  d’être  de fervents adeptes de la construction européenne. »

Michel Cointat expliquera la position du RPR

« Quand on a faim, on a quand même le  droit de  dire  que la  soupe est mauvaise !
[…]
   On peut donc être d’accord sur un  principe,  mais ne  pas être d’accord sur  la sauce avec laquelle il est servi. »

« l’Europe  est  malade […] Avez-vous vu un diabétique manger du sucre uniquement pour faire plaisir à ses amis ?  »

Pessimiste sur le présent, le porte-parole du RPR l’est encore plus pour l’avenir.

« L’Europe risque de se noyer dans un  lac de vin  !. […]  La viticulture, l’arboriculture et  l’horticulture françaises  seront donc progressivement  étranglées, sans  avoir   eu  le temps de  se reconvertir.  »
Telle est, ajoute-t-il – en utilisant une formule qui ne peut que nous laisser songeurs ! – …
… « la réalité des faits prévisibles« . [i]

 

 


[i]  « Au nom de  l’Europe« , la droite  s’abstiendra.
Valéry Giscard d’Estaing et Raymond Barre voteront  le  texte « compte tenu des  responsabilités qu’ils  ont  exercées »  (  la  précision  est de Jacques Blanc).
À noter aussi que, contrairement à ce qu’elle avait annoncé,  la droite, une  fois revenue  au pouvoir, ne demandera pas à renégocier le Traité.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s