2002 : le « 21 avril »

Troisième station  :
où les députés se livrent à une partie de yo-yo pour savoir à qui c’est la faute

-« — Et si vous êtes fiers du score de Jacques Chirac au premier tour, c’est que vous n’avez rien compris à ce qui s’est passé le 21 avril.
— Et le score de Jospin ?
— Mais je n’en suis pas fier !  Évidemment ! Mais c’est bien là le cœur de la crise !
— Cessez de battre votre coulpe sur la poitrine des autres ! »

« — Quand, mesdames et messieurs les députés de gauche, accepterez-vous de tirer les leçons du 21 avril (Protestations à gauche.)…
—  Vous y avez une bonne part de responsabilité.
— … et vous préoccuperez-vous enfin des attentes des Français ?
(Applaudissements à droite – Protestations à gauche.) »

« — Chers collègues socialistes, en promettant, vous faites des amalgames. En faisant des amalgames, vous construisez des mécontents. Lorsque vous construisez des mécontents, c’est la spirale de l’adhésion et du vote extrémistes qui se met en place.
C’est ce que nous avons eu la tristesse de vivre le 21 avril .! »

« — En réalité vous voulez masquer votre incapacité chronique de ces dernières années à résoudre la question de l’intégration des étrangers demeurant sur notre sol. […]
En tenant ce genre de discours irresponsable, vous continuez, aujourd’hui comme hier, à faire le lit du Front national. Le 21 avril ne vous aura donc rien appris ! … (Exclamations à gauche.) »

« — Nous le savons bien : le Front national est l’enfant illégitime de la gauche. (Exclamations à gauche.) »

« Il est particulièrement amer,  mesdames et messieurs les députés de droite, de vous entendre vous référer au 21 avril alors que ce sont précisément [vos] lois de destruction sociale, d’introduction d’inégalités entre l’ensemble des citoyens qui engendrent la désespérance et qui créent les situations comme celle que nous avons vécue le 21 avril . »