retraites 2003 : Martine BILLARD (au jour le jour)

j03 ( 12 juin )
du « développement durable » et/ou « soutenable » : un amendement « littéraire » ?

l’article 40 (encore et toujours !)

Elle aussi est concernée … pas par le concours de danse que propose Christine Boutin ! … mais par l’article 40.

Elle a même publié un communiqué de presse (repris par l’AFP) dans lequel elleproteste contre l’irrecevabilité de plusieurs de ses amendements.

Parmi ces amendements « irrecevables », figurent  :
« le rétablissement de la durée de cotisation à 150 trimestres pour tous les régimes »,
« la validation de périodes d’inactivité contrainte »,
« l’extension des droits des conjoints aux partenaires pacsés et en union libre pour les pensions de réversion ».

Dans son communiqué de presse, Martine Billard déclare que l’Assemblée nationale est « ravalée à une chambre d’enregistrement du plan Raffarin-Fillon ».

Elle ajoute : « Le débat est terminé avant même d’avoir commencé »

… ce qui ne l’empêche pas de participer activement !

 

du « développement durable » et/ou « soutenable » :
un amendement « littéraire » ?

Pour l’heure, elle défend des amendements de principe qui ont été épargnés par le couperet de l’article 40.
Dans ces amendements, il est question de « solidarité entre les générations », de « développement soutenable » (« Les fonds de pension, dira-t-elle – et ses propos sont tout à fait prémonitoires ! -, sont aux antipodes du développement soutenable»).

Mais la tâche n’est pas aisée … à tel point que le président de séance (Jean Le Garrec, socialiste) est obligé de voler à son secours.

« – M. Billard. Je voudrais dire aussi quelques mots de la notion de développement durable, qui est devenue très à la mode et dont nous n’avons pas non plus la même conception.
– Un député UMP.Qu’est-ce que cela a à voir avec les retraites ?
– M. Billard. Ce n’est pas un développement qui dure quelles que soient ses conséquences sur la planète et sur les êtres humains qui y habitent. Je crois que vous n’avez rien compris à cette notion. (Vives exclamations à l’UMP.)
– Le député UMP.Vous parlez dans votre amendement de développement soutenable, pas durable !
– Le président de séance. Mes chers collègues, Mme Billard est seule ce soir à représenter un mouvement important, les Verts. Ayez au moins la courtoisie de la laisser s’exprimer. (Exclamations UMP.)
[…]
– M. Billard. Je conclurai en redisant que nous avons une conception différente de la solidarité. Pour moi, elle est beaucoup plus que ce que vous dites : elle ne s’exerce pas uniquement entre les salariés mais implique tous les citoyens de ce pays. Et, qu’ils soient Français ou non, ils doivent être traités de la même manière. (Exclamation à droite : « Nous n’avons jamais dit le contraire !. »)

Puis vient l’heure du règlement de compte. « A la hache ! » dira Alain Bocquet .

« – Le président. La parole est à M. le rapporteur pour donner l’avis de la commission sur l’amendement.
– B. Accoyer, rapporteur. Avis défavorable.
– Le président. La parole est à M. le ministre pour donner l’avis du Gouvernement sur l’amendement.
– Le ministre. Cet amendement, que je qualifierai, pour être aimable avec Mme Billard, de littéraire, n’a rien à voir avec un projet de loi. Il n’a manifestement pas sa place dans un texte normatif. J’en demande donc le rejet.
– Le président. Je mets aux voix l’amendement .
(L’amendement n’est pas adopté.)

à la hache …  mais le ministre a la prétention d’être « aimable avec Mme Billard » !!!

Merci pour « Martine B. » !