laïcité et intégration

 Manuel Valls SOC Essonne
____________________________

La sémantique jonglant entre immigrés, intégration, musulmans, Maghrébins, Français issus de l’immigration, au gré des besoins du moment, empêche notre pays de s’accepter tel qu’il est, c’est-à-dire comme une terre d’immigration.
Cela crée des crispations qui se retrouvent dans la politique d’immigration française, complexée, presque honteuse, qui n’ose pas dire que l’immigration est aussi une chance pour la France, ce qui n’est pas contradictoire avec des politiques nationale et européenne de gestion de flux migratoires.

L’immense majorité des immigrés qui arrivent en France croient à une sorte de « rêve français ». Ils veulent réussir. C’est la perspective d’une vie meilleure qui créé l’adhésion aux valeurs de la terre d’accueil, la capacité de cette terre à en faire des citoyens à part entière. Or, la plupart des immigrés, de leurs enfants, de leurs petits-enfants et, plus globalement, tous les exclus de notre système social sont coincés dans des quartiers au sein desquels personne, a priori, ne voudrait vivre.

Pour débloquer cette situation, il est indispensable d’agir en offrant des perspectives fortes. Un nouveau volontarisme républicain est nécessaire pour casser le ghetto territorial et le ghetto symbolique. La priorité nationale doit aujourd’hui être la reconstruction des quartiers populaires et la mise en œuvre de la mixité sociale par une méthode plus poussée que la sanction financière telle qu’elle est prévue dans la loi SRU. Du développement de programmes d’habitat à la réforme de notre fiscalité locale, fiscalité absurde et injuste, il est des mesures qui changeraient en profondeur la donne dans les quartiers urbains.

La seule réponse policière apportée par le Gouvernement montre déjà ses limites, quand l’éducation et l’emploi ne sont pas dotés dans ces quartiers de moyens exceptionnels .et quand la désespérance sociale étreint toujours plus de citoyens. Oui, l’école doit être au cœur de l’ambition nouvelle pour les quartiers populaires. […]

Le ghetto symbolique enfin doit être abattu. Les discriminations à l’embauche, au logement, doivent être sévèrement condamnées. Mais il faut aller plus loin. L’action positive – terme bien préférable à celui de discrimination positive – est une voie à explorer. Le choix des critères de sa mise en œuvre est primordial. Ils doivent être territoriaux et sociaux, introduits au nom du mérite et de l’égalité de traitement.

La République doit s’employer à réparer l’ascenseur social. Parce qu’ils constituent une part importante des classes populaires, et qu’une écrasante majorité d’entre eux appartient à ces classes populaires, les citoyens issus de l’immigration extra-européenne, souvent de confession musulmane, seront les premiers concernés par l’application de telles mesures. Ils cumulent les handicaps : relégués, exclus, discriminés.

Comment, dans ces conditions, réclamer qu’ils s’identifient à la République ?

Comment, dans ces conditions, ne pas comprendre que des enfants issus de l’immigration, Français pour la plupart, se cherchent et se tournent vers une autre identité ? […]

Pour concrétiser la nouvelle ambition républicaine, un pas essentiel peut être franchi avec la mise en œuvre d’un pacte national d’intégration connu de tous, liant clairement la France à ses immigrés, fixant la volonté de notre pays et ses attentes vis-à-vis des nouveaux arrivants.
La citoyenneté de résidence, sas vers la naturalisation et véritable catalyseur de l’intégration, doit remplacer la carte de séjour de dix ans, en ouvrant aussi le droit de vote aux élections locales et en garantissant l’accès aux droits que les discriminations empêchent souvent de faire valoir.
C’est comme cela que nous ferons aimer notre pays, sa langue et ses couleurs. Une loi est donc nécessaire pour redonner du sens aux valeurs de la République.

Le pourquoi et le comment de cette série sur la laïcité :
laïcité/ propos de députés ( 2004 ) : le pourquoi et le comment
une vue d’ensemble :
laïcité : paroles échappées du texte ( Assemblée nationale / 2004 )

Lire aussi :
VALLS 1
ce que VALLS disait de l’intégration en 2002

nationalité, citoyenneté et intégration :
deux conceptions du débat radicalement différentes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s