laïcité et la question des femmes

Conchita Lacuey SOC Gironde
____________________________

La question centrale que soulève le voile concerne l’égalité entre les sexes et les valeurs républicaines. La présence dans l’espace public de jeunes filles voilées porte atteinte au respect de soi et constitue une entorse au principe d’égalité entre les sexes.
Nous devons garder à l’esprit notre histoire et la signification du port du voile dans les pays extrémistes et ne pas oublier les combats que mènent les femmes et les hommes en Tunisie, en Algérie ou au Maroc, contre la charia et le code de la famille.

Ne voir dans le voile qu’une question religieuse serait une erreur.
C’est d’abord un instrument d’oppression, d’aliénation, de discrimination, un instrument de pouvoir des hommes sur les femmes. D’ailleurs, beaucoup de musulmanes pratiquantes ne portent pas le voile.
M. Guy Geoffroy. Absolument ! […]

Mme Conchita Lacuey. Le statut de la femme, son libre choix, le principe d’égalité entre les sexes est le modèle républicain organisateur de notre société.
C’est la meilleure protection des minorités puisque ce principe garantit à tous, en théorie, les mêmes droits et les mêmes devoirs.
Laïcité, égalité et dignité des femmes sont les fondements majeurs de la cohésion sociale.

On ne peut tolérer que les luttes et combats menés par notre pays à la fin du XIXe siècle pour séparer l’église et l’Etat, et plus récemment, les luttes et les combats féministes des années 70, pour donner à la femme sa liberté et sa dignité, soient remis en cause au sein de notre république.

Le voile, pour une femme musulmane, ce n’est pas seulement afficher une croyance religieuse. C’est beaucoup plus. D
issimuler sa chevelure, c’est renoncer définitivement à une part de sa féminité, de son identité.

Le poète arabe Adonis, qui s’est récemment exprimé sur ce sujet, nous alerte :
« Voiler les femmes, c’est voiler la vie ».[…]

Toutes les questions qui sortent du champ du statut du droit des femmes sont de natures différentes et ne servent qu’à alimenter la confusion. Aucune loi, dans notre pays, n’interdit à une femme de circuler dans la rue voilée ou peu vêtue. C’est sa liberté absolue d’apparaître comme elle le souhaite.
Mais quand cette apparence devient un symbole politique et idéologique, quand elle est assimilée à une identité de repli impliquant la soumission de la femme, c’est la liberté de la République qui est menacée. Et cela est inadmissible

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s