laïcité et religion

Georges Hage CR Nord

Pourquoi tant de bruit ?

Ce projet de loi  et le tapage qui l’accompagne constituent en réalité une diversion. Car qu’y a-t-il sous le voile et sous votre volonté de légiférer à propos de l’interdiction de son port ? Il y a une société malade et une politique – celle de la droite – qui ne fait qu’aggraver les choses.
André Malraux prophétisait que le XXIe siècle serait religieux.
Si j’évoque cette pensée, je précise que je ne pratique pas, personnellement, le prosélytisme athée ; le marxisme, du reste, n’est pas un athéisme.
Il faut distinguer deux choses : le sentiment religieux et le besoin de spiritualité, qui sont une quête personnelle du sens que l’on veut donner à sa vie.
La loi garantit d’ailleurs le libre exercice de la pratique religieuse. Et l’article 1er de la Constitution précise que la République
« assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion » et « respecte toutes les croyances ».
Tout différent devient le sentiment religieux lorsqu’il s’apparente à une manifestation et un engagement politiques et prétend donc, à ce titre, organiser la société. C’est bien à quoi tendent les intégrismes religieux et les communautarismes.
Avec nos textes fondateurs, nous disposons de tout ce qu’il faut pour défendre notre principe de laïcité
, c’est-à-dire, en particulier, d’égalité de tous les citoyens.
Mais ce qui nous manque, ou plutôt ce qui manque à celles et ceux qui aujourd’hui trouvent dans la ferveur religieuse ce que la société ne leur offre pas, c’est de l’espoir et du sens
.
Le capitalisme règne en maître sur le monde et il ne se dégage aucune alternative « visible », pour ne point dire « ostensible » à cette société-là.

Julien Green écrivait à juste titre :
« Nous vivons sur une planète dangereuse[…]. La religion est là pour l’aider à supporter sa condition. Si on supprime la religion, on jette l’humanité dans le désespoir. »

Il ya aussi ce texte admirable de Karl Marx dans Critique de la philosophie du droit de Hegel – texte que je conserve comme un trésor dans un coin de ma mémoire :

« La misère religieuse est tout à la fois l’expression de la misère réelle et la protestation contre la misère réelle. » Et encore, ce passage sublime, au sens étymologique du terme : « La religion est le soupir de la créature accablée, l’âme d’un monde sans cœur, de même qu’elle est l’esprit d’un état de choses où il n’est point d’esprit. »
J’invite ceux qui me liront à méditer sur l’actualité de cette pensée, souvent caricaturée car on croit la résumer dans la formule banalisée selon laquelle la religion serait « l’opium du peuple ».

Le pourquoi et le comment de cette série sur la laïcité :
laïcité/ propos de députés ( 2004 ) : le pourquoi et le comment
une vue d’ensemble :
laïcité : paroles échappées du texte ( Assemblée nationale / 2004 )

lire aussi :
« Le temps s’en va … » En hommage à Georges HAGE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s