00-0_résumé

résumé
05_les socialistes et N.SARKOZY_
l’impossible compromis

 

« Heureusement, il y a dans les rangs du Parti socialiste qui considèrent que la Constitution n’est pas simplement l’objet de leur futur congrès. » disait N.SARKOZY dans son interview au Monde du 17 juillet 2008. Cela voudrait-il dire que l’unanimité chez les socialistes ( à voter contre la révision constitutionnelle ) ne serait qu’une unité de façade ?

Lorsque N.SARKOZY fait part de son intention de réviser la Constitution,, les dirigeants socialistes ne manifestent pas une animosité particulière à l’encontre dudit projet. Lors de la première lecture à l’Assemblée, leur porte-parole – A.MONTEBOURG – entreprend de faire « les comptes et les mécomptes » Il est difficile pour qui lit ce bilan de savoir de quel côté va peser le vote des socialistes. Disons que, à ce stade, la position des députés socialistes est une position d’attente. L’attentisme apparaît encore plus dans l’offre de « compromis que fait A.MONTEBOURG « au nom des socialistes » : Exit la perspective du « grand soir » … et de la VIème république. :  « Nul ne sait vraiment si nous serons en position d’aller plus loin. »

Cet attentisme n’est pas du goût de tout le monde dans le groupe parlementaire socialiste. Pour preuve, la tribune publiée dans Le Monde par  dix-sept députés socialistes qui  « jugent la réforme des institutions prometteuse et se disent prêts à la voter ». Parmi les signataires : M.VALLS, C.CAMBADELIS, J.M.LE GUEN, J.J.URVOAS, G.GORCE,  et C.CARESCHE.

Mais, dès la fin de la première lecture du projet de loi constitutionnelle, il apparaît que les socialistes, dans leur majorité,  ne sont pas prêts à voter la révision. Et cela pour deux raisons : 1) Si les « acquis » sont « loin d’être négligeables », « ils ne peuvent suffire à emporter notre adhésion » : . « En son état actuel, le projet de loi ne changera ni la pratique, ni les déséquilibres de nos institutions. » (J.M.AYRAULT ) 2) « Le décalage qui persiste entre les intentions positives de votre réforme et la réalité de vos actes ». ( idem.) C’est sans doute dans cette deuxième raison qu’il faut chercher  la vraie raison du refus de compromis.

Cette position – qui sera suivie lors du vote ( unanimité contre ) n’est cependant pas partagée par tous les députés socialistes. Ils sont quatre en effet à publier dans Le Monde, aussitôt après le Congrès, une tribune intitulée : « Occasion manquée par le PS ». Les signataires : M.VALLS,  J.M. LE GUEN, G.GORCE,  et C.CARESCHE

05_les socialistes et N.SARKOZY_l’impossible compromis

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s