protection des mineurs ( le devenir des ordonnances de 1945 )

« rester humbles »
[ J.L.Warsmann/ P.Alphandéry]

Le rapporteur – J.L.Warsmann – ne se laisse pas égarer par ces effets de tribune. Il se veut plus pragmatique … plus « humble ».

« Alors, face à un tel constat, personne ne détient de solution miracle. Pour notre part, nous essayons simplement d’adapter la loi.
    En matière de délinquance des mineurs, comme dans tout autre domaine, il n’existe pas des lois de droite et des lois de gauche, il y a simplement des lois adaptées ou inadaptées à leur temps.
    Mes chers collègues, là aussi, nous restons humbles. Nous ne prétendons pas qu’avec les centres éducatifs fermés nous allons résoudre tous les problèmes. Mais, disons-le sincèrement, si, grâce à eux, nous arrivons à réinsérer dans notre société quelque dizaines, quelques centaines de jeunes chaque année, nous n’aurons pas perdu notre temps en discutant et en votant cette loi. »

S’il convient de se montrer « humble », c’est que, affirme P.Albertini – ce député UDF qui a osé mettre en question les centres éducatifs fermés  « en matière de délinquance des mineurs », « nous sommes depuis dix ans dans une situation d’échec collectif ».

« Au-delà de la polémique ou de la recherche des responsabilités respectives des uns et des autres, il faut d’abord constater que nous sommes, depuis dix ans en matière de délinquance des mineurs, dans une situation d’échec collectif. Je le dis à mes amis de droite comme à ceux qui ont exercé le pouvoir ces cinq dernières années. Nous sommes confrontés à un problème d’importance majeure, qui touche d’ailleurs à la cohésion nationale et à l’unité de notre pays et nous avons assez largement, les uns et les autres, échoué.
Plus que de savoir qui est responsable de l’aggravation de telle ou telle situation, ce qui nous importe, maintenant, après plusieurs campagnes successives, c’est de nous donner les moyens de remédier enfin à une situation qui n’est pas une fatalité.
La délinquance des mineurs a toujours existé dans notre société, mais elle a atteint des paroxysmes au cours de la dernière centaine d’années.  […] Ce n’est pas en durcissant l’arsenal répressif qu’on obtient nécessairement les meilleurs résultats en matière de lutte contre la délinquance, sous tous ses aspects. Si c’était le cas, nous le saurions depuis fort longtemps. Or nous avons constaté que c’était l’inverse qui se produisait et ce seul constat devrait nous inciter, mes chers collègues, à une forme d’humilité. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s